Le Couperet

Liste artistique

Bruno Davert : José Garcia

Marlène Davert : Karin Viard

Maxime Davert : Geordy Monfils

Betty Davert : Christa Theret

Gérard Hutchison : Ulrich Tukur

Raymond Machefer : Olivier Gourmet

Etienne Barnet : Yvon Back

 

Liste technique

Producteur délégué : KG Productions

Coproducteurs : Jean-Pierre et Luc

Dardenne (Les Films du Fleuve, Belgique)

José Maria Morales (Wanda Vision, Espagne)

Coproduction Studio Canal, France 2 cinéma, RTBF, Scope Invets,

D’après : The Ax de Donald Westlake (le Couperet Editions Rivages)

Scénario : Costa-Gavras, Jean-Claude Grumberg,

Image : Patrick Blossier

Son : Nicolas Naegelen, Nicolas Moreau

Décor : Laurent Deroo

Montage : Yannick Kergoat

Mixage : Thomas Gauder

Musique : Armand Amar

 

Informations techniques

Cadre : 1.85

Format : 35mm

Son : Dolby SR

Langues : français

Durée : 122'  

Date de sortie : 5 mars 2005

Visa n°  100.116

Allociné

Unifrance

IMDB

Synopsis

Nos temps modernes ou le triomphe de Monsieur Verdoux.

Monsieur Verdoux hier massacrait des femmes dans le seul but de subvenir aux besoins de sa famille. Aujourd’hui notre monde moderne occidental sacrifie des continents entiers afin de subvenir à ses besoins. Hélas il arrive que même sur nos continents il faille pour assurer la quiétude et le confort de certains manier le couperet en sacrifiant quelques millions des nôtres.

Bruno D., cadre très supérieur dans une usine de papier, après quinze ans de bons et loyaux services à la complète satisfaction de ses employeurs et de leurs actionnaires, est un jour congédié avec quelques centaines de ses collègues pour cause de redéploiement économique autrement dit délocalisation. Bruno sur le coup ne s’inquiète pas. A son niveau de qualification il est persuadé pouvoir retrouver un poste équivalent, il est encore jeune,la quarantaine.

Trois ans après, toujours sans travail, il réalise qu’il est engagé, à son corps défendant, dans une guerre d’usure. Il est devenu simple soldat avec pour seule mission se sauver lui-même en préservant son confort et celui de sa femme et de ses enfants. Il découvrira bientôt que son équilibre, la cohésion de son couple, l’avenir de ces mêmes enfants dépendent du succès de ce combat. Il s’arme donc, il passe à l ’offensive en entreprenant avec méthode et logique la liquidation de la concurrence avant de se jeter à l ’assaut de la dernière forteresse, ARCADIA, dernier obstacle entre lui et ce qu ’il considère comme son poste légitime. Mais en soldat trop hâtivement mobilisé, donc insuffisamment formé,son inexpérience le conduira aux pires maladresses. Malgré tout il triomphera et retrouvera -momentanément sans doute- un travail à sa mesure sauvant ainsi son couple et assurant, du moins le croit-il, l’avenir de ses enfants.

Moderne chevalier solitaire il ne se bat plus contre les moulins à vent pour que triomphe l’idéal, la fraternité, la justice il ne se bat plus contre les méchants seigneurs de la guerre afin de protéger la veuve et l ’orphelin il se bat contre ses semblables,ses frères d ’armes,il se bat contre lui-même rejoignant ainsi la foule dont nous sommes qui tourne le dos à la solidarité, à l ’entraide, à l ’utopie et au rêve pour s ’enfoncer jour après jour dans l’égoïsme, la peur et l’angoisse que ce conflit engendre.

Comme monsieur Verdoux, Bruno, notre héros, reste écartelé entre le ridicule et le sordide, le rire et les larmes, le courage et la lâcheté tout en tentant de conserver son sang-froid et sa dignité. Aujourd’hui, nous ne sommes plus hier. Bruno, contrairement à Verdoux, sera récompensé de ses efforts et pourra de sa place forte, son bureau à ARCADIA, continuer de mener la guerre à mort contre les siens pour la plus grande gloire de ses pires ennemis.

de Costa-Gavras
long métrage
2004

 

Festivals & prix

 

-  César du cinéma français 2006 – Meilleure adaptation

 

Dossier de presse

 

 

 

 

Photos 

Distribution

Studio Canal

1/3

Bande annonce 

© 2014 - kg productions - conception laurence lafiteau